Archivio delle notizie

Le 18 mai, jour du anniversaire de la naissance de Saint Jean-Paul II, à 15 heures, pour la 5 fois, les fidèles d’Australie et d’Océanie se joindront à la prière avec les paroles du Chapelet de la Miséricorde Divine. L’action est le fruit du Congrès de la Miséricorde Divine qui s’est tenu à Melbourne en 2018 et consiste à se joindre à la prière deux fois par an : le 18 mai – anniversaire de la naissance de Saint Jean-Paul II et le 13 septembre – anniversaire de la révélation du Chapelet de la Miséricorde Divine aux fidèles d’Australie et d’Océanie. Les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde y également participent. Plus et inscriptions : www.worldchaplet.org

 

Lorsque la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde a élu Marie leur supérieure générale dans le ciel, la Sœur Faustine a vu dans une vision toutes les sœurs couvertes de son manteau et a entendu les paroles d’une grande promesse : Toutes celles qui demeureront avec zèle, jusqu’à la mort, dans Ma Congrégation, éviteront le feu du Purgatoire. Je désire que chacune se distingue par les vertus suivantes : humilité, douceur et pureté, amour de Dieu et du prochain, compassion et miséricorde. » Après ces paroles, toute la Congrégation disparut de ma vue, et je demeurai seule avec la Très Sainte Mère qui m’instruisit de la volonté de Dieu, et comment l’appliquer dans la vie en m’abandonnant totalement à Son Très Saint Jugement. Il est impossible sans accomplir Sa Sainte Volonté – « Ma fille, Je te recommande vivement de réaliser fidèlement les moindres souhaits de Dieu, car c’est ce qui Lui est le plus agréable ! Je désire vivement que tu te distingues par ta fidélité à accomplir la volonté de Dieu. Place la volonté de Dieu bien au-dessus de tous les sacrifices et holocaustes ! » (P.J. 1244).

Le 13 mai de cette année, à Derdy près de Varsovie, lors de la session de l’élection du XIXe Chapitre Général de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde, le ministère de Supérieure générale pour le deuxième mandat a été confié par les sœurs à Miriam Janiec. La vicaire générale est la sœur Petra Kowalczyk, et le Conseil Général se compose de : s. Nicola Kwiecińska, s. Stella Boruch et s. Gaudia Skass.  La fonction de trésorier général pour six prochaines années est confiée à la sœur Natalia Wideł.

Le 4 mai de cette année, le XIXe Chapitre Général de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde commence. Pendant la réunion, les sœurs éliront la supérieure générale pour un mandat de 6 ans et le conseil de la Congrégation, elles aborderont aussi de nombreux aspects de la mission charismatique, qui est de coopérer avec la Miséricorde de Dieu dans de différents aspects, en particulier dans les œuvres de la Miséricorde et la diffusion du message de la Miséricorde que Jésus a confié à Sainte Faustine. Les sœurs participant au Chapitre analyseront aussi les défis de la Congrégation.

Les 11-13 mai de cette année, dans la paroisse Saint Herbert à Wodzisław Śląski, se tiendra une retraite pour les enfants des écoles primaires. Elle sera animée par s. Maria Faustyna Ciborowska et s. Stefania Kromska du couvent de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde dans le sanctuaire de Kraków-Łagiewniki, qui partageront de diverses manières l’héritage spirituel de s. Faustine, car le message de la Miséricorde Divine s’adresse aussi aux enfants.

La retraite annuelle pour les adorateurs de la Miséricorde Divine se tiendra du 8 au 10 mai au Centre de la Miséricorde Divine à Smižany, en Slovaquie. La retraite sur le thème : „Je vous donne ma paix…” sera animée par le Père Artur Ciepielski et Sœur M. Antoniana Štullerová de la communauté de Kosice de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde.

Sainte Faustine est principalement associée aux révélations de Jésus Miséricordieux. Moins aux apparitions de Marie et elle en a eu des dizaines. Pendant ces réunions, Marie a montré à Sœur Faustine le mystère de la miséricorde de Dieu dans votre vie, lui a enseigné, l’a renforcée, accompagné à la mission prophétique de la Miséricorde. Je suis votre Mère, grâce à l’insondable Miséricorde de Dieu (P.J. 449) – a dit elle – Je suis non seulement la Reine du Ciel, mais aussi la Mère de Miséricorde et ta Mère (P.J. 330).

Pour Sainte Faustine, Marie était principalement la Mère du Fils de Dieu – Miséricorde incarnée, et par la miséricorde de Dieu, la mère de tout être humain. Comme la mère attentive et la Maîtresse de la vie spirituelle, elle lui a enseigné la contemplation de Dieu dans son âme, l’obéissance à la volonté de Dieu, l’art de l’amour de la croix et les soins de ces vertus qui déterminent l’attitude de confiance en Dieu et de miséricorde envers les autres. Soudain je vis la Mère de Dieu – a écrit Sainte Faustine qui me dit : « Que l’âme, qui suit fidèlement le souffle de la grâce est agréable à Dieu ! J’ai donné au monde le Sauveur. Et toi tu dois parler au monde de Sa miséricorde et préparer le monde à la seconde venue de Celui qui viendra, non comme Sauveur Miséricordieux, mais comme Juste Juge. Oh ! Comme ce jour est terrible ! Le Jour de la Justice a été décidé, le jour de la colère de Dieu. Les anges tremblent devant lui. Parle aux âmes de cette grande miséricorde, tant que c’est le temps de la pitié. Si tu te tais maintenant, tu répondra pour cela en ce jour terrible, pour un grand nombre d’âmes. N’aie peur de rien, Sois fidèle jusqu’à la fin. J’ai compassion de toi. »  (P.J. 635).

Le 8 mai de cette année est le 154e anniversaire de la fondation par la Mère Teresa Sułkowski comtesse Potocki de la maison de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Cracovie. Ensuite, les sœurs ont pris en charge l’éducation des filles et des femmes qui avaient besoin d’un renouveau moral profond, d’abord dans la «Maison de la Miséricorde» à l’église de la Miséricorde Divine à Smolensk, puis dans le couvent au carrefour des rues Zwierzyniecka et Straszewskiego (aujourd’hui l’hôtel Radisson), et depuis 1891 – en Cracovie-Lagiewniki. Aujourd’hui, les sœurs non seulement accomplissent un travail original, mais aussi réalisen la mission de St. Faustine de proclamer au monde le message de la Miséricorde. Elle le font non seulement dans le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki aux pèlerins du monde entier, mais aussi par de nombreuses nouvelles œuvres : Association des Apôtres de la Miséricorde Divine « Faustinum », la maison d’édition « Misericordia », le trimestriel « Message de la Miséricorde », le site Internet en 8 langues, la transmission en ligne de la chapelle avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine, le Chapelet constant pour les mourants, les médias, les réseaux sociaux, les voyages à d’autres paroisses en Pologne et à l’étranger, la participation aux colloques et conférences consacrées à la miséricorde de Dieu et au patrimoine de Sainte Faustine, la correspondance, etc. Dans chaque ministère, même le plus caché, les sœurs proclament le message de l’amour miséricordieux de Dieu à l’homme.

Le dimanche 1 mai de cette année, la VIe lecture nationale des Saintes Écritures aura lieu, cette fois-ci de textes choisis de l’Évangile selon Saint Luc. La célébration solennelle présidée par l’evêque Wiesław Lechowicz aura lieu au sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Łagiewniki à 7h00 et sera diffusée avec l’Eucharistie par TVP1 et sur le site web : www.soeurfaustine.fr , You Tube et dans les applications mobiles : Faustyna.pl . L’événement se déroule sous le patronage de l’archevêque Stanisław Gądecki, président du KEP, et de Mateusz Morawiecki, Premier ministre de la République de Pologne.

Le 30 avril est le 22e anniversaire de la canonisation de Sœur Faustine Kowalska de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde – apôtre de la Miséricorde Divine. La canonisation a eu lieu sur la Place Saint-Pierre à Rome et dans le sanctuaire de Cracovie-Lagiewniki en 2000. Sœur Faustine a décrit l’événement avec les détails plus de 60 ans plus tôt, fin mars 1937 (P.J. 1044-104s80). Ceux qui ont participé à ces événements savent que cette vision a été exactement remplie. Ce jour-là, le Saint-Père Jean-Paul II a introduit la fête de la Miséricorde Divine pour l’ensemble de l’Église et  a donné le message de la Miséricorde transmis par Sainte Faustine pour le IIIème millénaire de la foi. Le témoignage de la guérison miraculeuse examinée pour la canonisation, la description de l’événement et l’homélie du Saint-Père sont disponibles sur : faustyna.pl. Chaque jour, nous rendons grâce pour ce « don de Dieu pour notre temps », comme le Pape Jean-Paul II l’a dit au sujet de Sainte Faustine, et du message de la Miséricorde qu’elle nous a transmis. Sa mission prophétique d’annoncer au monde, par le témoignage de sa vie, de ses actes, de ses paroles et de sa prière, la vérité biblique sur l’amour miséricordieux de Dieu est relayée par des millions de personnes à travers le monde, et le Mouvement Apostolique de la Miséricorde Divine est la « nouvelle congrégation » dont Jésus avait demandé la fondation. Que l’anniversaire de la canonisation de l’apôtre de la Miséricorde Divine soit l’occasion non seulement de rendre grâce, mais aussi d’en explorer le riche patrimoine.

C’est le titre du 28ème épisode d’une série de films sur le message de miséricorde de Jésus, enregistré dans le « Petit Journal » de Sainte Sœur Faustine. Chaque épisode prend la forme d’un dialogue entre Jésus et Sainte Sœur Faustine. Dans cet épisode, Jésus déclare : « Je désire que la fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge de toutes les âmes, et particulièrement de celles des pauvres pécheurs. Ce jour-là, toutes les sources divines par lesquelles se déversent les grâces sont ouvertes » (PJ 699). Et Sainte Sœur Faustine répond : « Jésus, épris du salut des hommes, attire toutes les âmes à la vie divine ! Que la grandeur de ta miséricorde soit glorifiée ici-bas et dans l’éternité ! » (PJ 1466).

Le scénario d’une série de films présentant le message de miséricorde de Jésus a été écrit par Sœur M. Elżbieta Siepak ISMM. Ce message révèle l’amour miséricordieux de Dieu et appelle à y répondre par une attitude de confiance en Dieu, c’est-à-dire en accomplissant sa volonté et en faisant du bien aux autres par des actes, des paroles et la prière. Les textes sont lus par Adam Woronowicz et Aleksandra Posielężna, et la musique a été créée par Paweł Bębenek, un compositeur et musicien de Cracovie. Des spots d’une minute avec de belles scènes extérieures sont produits par la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde en coopération avec TVP. Ils peuvent tous être vus sur Yoy Tube sur la chaîne : Faustyna.pl.

L’octave de la résurrection du Seigneur, la plus grande fête de l’Église catholique, se termine par le dimanche de la Miséricorde Divine, communément appelé la Fête de la Miséricorde Divine. L’établissement de cette fête a été demandé par Jésus dans les apparitions de Sainte Sœur Faustine, lorsqu’il répétait à maintes reprises il souhaitait que le premier dimanche après Pâques soit la fête de la Miséricorde: « Je désire que la Sainte Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour les écluses de Ma miséricorde sont ouvertes. Je déverse tout un océan de grâces sur les âmes, qui s’approcheront de la source de Ma miséricorde. Toute âme qui s’approchera de la confession et de la Sainte Communion recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition. En ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s’écoule la grâce. Qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l ‘écarlate ouvertes; qu’aucune âme n’ait peur de m’approcher, même si ses péchés étaient aussi écarlates » (PJ 299).

En ce jour, nous pouvons non seulement recevoir la grâce du «pardon complet» (une des grâces du Saint Baptême), mais aussi demander de nombreux autres faveurs et bienfaits temporels s’ils sont compatibles avec la volonté de Dieu. La condition est un cœur pur, sans attachement au péché, et une attitude de confiance en Dieu, c’est-à-dire un désir d’accomplir sa volonté et l’amour actif pour le prochain. Le seul récipient pour épuiser la grâce est la confiance, comme Jésus l’a enseigné à Sainte Faustine, parce que la miséricorde de Dieu n’a pas de limites, et c’est la joie de Dieu de donner beaucoup. C’est l’Amour Miséricordieux que nous apprenons à connaître et à adorer quand nous célébrons cette fête. Plus sur la célébration elle-même et son histoire dans l’Église.

Dans le sanctuaire de la Miséricorde Divine sur la place du Vieux Marché à Płock – sur le lieu de la révélation à Sainte Faustine du tableau et de la fête de la Miséricorde – le 24 avril, dimanche de la Miséricorde, des messes seront célébrées aux heures suivantes : 8h00, 10h00, 12h00 et 17h00. À 15h –  prière à l’Heure de la Miséricorde et le Chapelet de la Miséricorde Divine.

Conformément aux souhaits de Jésus transmis par Sainte Faustine et aux décisions du Saint-Père Jean-Paul II, la Fête de la Miséricorde est célébrée le premier dimanche après Pâques (cette année, le 24 avril). La cérémonie centrale est tenue dans le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki. Elle est précédée par la neuvaine à la Chapelet à la Miséricorde Divine célébrée depuis le vendredi saint, et directement – la veillée nocturne qui commence dans la basilique, samedi à 21h00. Le dimanche de la Miséricorde Divine, les messes seront célébrées selon le programme suivant :

24h00 – évêque Janusz Mastalski (basilique),
6h00 –  père Andrzej Tarasiuk (basilique),
7h00 –  évêque Jan Zając (chapelle avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine) – transmission TVP 1,
8h00 – évêque Damian Muskus (basilique),
10h00 –  archevêque Marek Jędraszewski, métropolite de Cracovie (autel externe devant la basilique) – transmission TVP 1),
10h00 – la sainte Messe en anglais (chapelle avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine),
12h30 –  évêque Roman Pindel (basilique),
15h00 –  Heure de la Miséricorde et Chapelet à la Miséricorde Divine – prélat Franciszek Ślusarczyk, recteur du Sanctuaire, sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde (basilique),
16h00 –  évêque Andrzej Jeż (basilique),
18h00 – évêque Artur Ważny (basilique),
17h00 – la sainte Messe en espagnol,
19h00 – père Grzegorz Zembroń MS (chapelle avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine).

Les messes dans la basilique, l’Heure de la Miséricorde (15h00), et le Chapelet à la Miséricorde Divine seront diffusés par TVMilosierdzie sur le site du Rectorat du Sanctuaire : www.milosierdzie.pl, tandis que la messe à 7h00 et 19h00 et les visites des pèlerins du tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et du tombeau de Sainte Faustine seront transmises en ligne à l’adresse : www.soeurfaustine.fr .

Le 24 avril, jour de la fête de la Miséricorde, sœur Klara Domańska de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde de Kraków-Łagiewniki partagera le message de la Miséricorde et l’héritage spirituel de Sainte Sœur Faustine avec les fidèles de la paroisse de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie à Ołpiny près de Tuchów. Comme ce sera le dimanche de la Miséricorde Divine, elle consacrera la majeure partie de son attention à cette forme du culte de la Miséricorde Divine, afin de rapprocher les fidèles de la richesse de la grâce que Jésus a associée à ce jour et à quelles conditions.  Le programme comprend également une prière commune à l’Heure de la Miséricorde, l’adoration et le chapelet de la Miséricorde Divine.

Sous cette devise et avec cette intention, le Vendredi saint, le 15 avril de cette année, une neuvaine avant la fête de la Miséricorde commencera au Sanctuaire de la Miséricorde divine de Kraków-Łagiewniki. Elle commencera comme chaque jour à 15 heures par la commémoration de Jésus au moment de sa mort sur la croix (l’Heure de la Miséricorde), puis nous célébrerons la neuvaine avant la fête de la Miséricorde avec le Chapelet de la Miséricorde Divine, dont Jésus a dit qu’il donnerait avec lui toutes les grâces aux âmes. Nous combinerons la neuvaine du Chapelet de la Miséricorde Divine avec la neuvaine de la Miséricorde Divine que Jésus a demandé de célébrer à Sœur Faustine. Pendant 9 jours, dans l’abîme de la miséricorde insondable de Dieu, nous immergerons la Sainte Église, toutes les nations, en particulier l’Ukraine, en demandant à Dieu la fin du conflit armé et les grâces nécessaires pour ceux qui souffrent de la guerre dans ce pays.

Cette neuvaine sera accompagnée non seulement par les pèlerins du Sanctuaire de Łagiewniki, mais aussi par le public de radio et de télévision et les internautes de nombreux pays du monde. Cette action, organisée par l’Association des Apôtres de la Miséricorde Divine « Faustinum », peut être rejointe en ce moment ou à tout autre moment opportun par les paroisses, les communautés et les personnes célébrant la neuvaine. Les textes et les enregistrements sonores seront disponibles sur le site web : www.faustinum.pl et sur la chaîne You Tube.

En criant ensemble la miséricorde de Dieu, en priant avec confiance le Chapelet de la Miséricorde Divine dans cette neuvaine avant la fête de la Miséricorde, nous pouvons vraiment arrêter cette guerre en Ukraine !!!

À la veille du Dimanche de la Miséricorde, dans la nuit de samedi à dimanche (23/24 avril), le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Płock, en collaboration avec les Guerriers de Marie, les Chevaliers de Jean-Paul II, l’Association de la Jeunesse Catholique, l’Église de la Maison et le Renouveau catholique dans l’Esprit Saint, organise « Une nuit de lutte pour la bénédiction de la Patrie ». Invitant les gens à participer à cette prière, les organisateurs écrivent : « Notre patrie est confrontée à d’énormes défis et menaces. Profitons de ce temps pour prier, en abandonnant les divisions et les préjugés et en implorant ensemble Dieu de bénir la Pologne ». La veillée nocturne sur le lieu de la première apparition de l’image de Jésus Miséricordieux et de la fête de la Miséricorde commencera à 20 heures et durera jusqu’à 4 heures du matin, avec la Sainte Messe à l’intention de la Patrie, célébrée à minuit.

Avant le dimanche de la Miséricorde, le 23 avril prochain, le cinéma Kijów, situé à la rue Krasińskiego 34, accueillera le IVe Festival de la Miséricorde avec une projection de films sur des thèmes religieux. Avant le film „Redemption”, il y aura une courte réunion d’introduction menée par Miłosz Horodyski avec le père Józef Pochwat MS du Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Łagiewniki et le père Marek Drzewiecki. Il y aura également une projection en avant-première du film „Vivant”, qui sortira dans les cinémas en juin. Ces projections ne feront pas l’objet d’une vente de billets.

Dans la salle Studio, les films suivants sont au programme : „Le Sacré-Cœur”, „Maintenant et à l’heure de la mort”, „Le Miracle de Guadalaupe”, „La Ballade de la vache blanche”.

Tout au long de la journée, les bénévoles de Caritas collecteront de l’argent pour les réfugiés.

Le dimanche de la Miséricorde, le 24 avril, un film intitulé „Dieu à Cracovie” sera diffusé sur la chaîne You Tube du cinéma de Kijów à une heure déterminée plus tard.

Alléluia !!! Jésus est vivant !!! Il vit parmi nous et en nous quand nous sommes dans un état de grâce. L’amour a remporté le péché, la vie – la mort, Jésus a vaincu tout le mal et l’ennemi de l’homme – Satan. Depuis lors, nous en Jésus, nous pouvons remporter la victoire sur le péché et la faiblesse humaine, et donc vivre plus pleinement dans la communion avec Dieu. Célébrons la miséricorde de Dieu en nous et à travers nous ! Joyeuse célébration du plus grand mystère de notre foi !

À l’occasion de Pâques et de la fête de la Miséricorde Divine, les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde souhaitent à tous les Bienfaiteurs, les Collaborateurs soutenant ses œuvres apostoliques, ainsi qu’aux Internautes visitant les sites de la Congrégation et le groupe : Sanctuaire de la Miséricorde Divine sur Facebook, un rencontre joyeux avec le Seigneur ressuscité et miséricordieux. Il apporte la paix que le monde ne peut pas donner, il remplit les cœurs de son amour et bénit toujours, comme sur le tableau qu’il a fait peindre. Nous souhaitons aussi toutes les grâces, et pendant la fête de la Miséricorde, de tirer profit de cette grande promesse de Jésus qui est la rémission complète des péchés et des punitions. Joyeuses Pâques !!!

Confiance. C’ est cette incrédulité envers ma bonté qui me blesse le plus. Si ma mort ne vous a pas convaincues de mon amour, qu’ est-ce qui vous en convaincra ? (PJ 580), Jésus, s’est plaint à Sainte Faustina. Sa vie, son enseignement et ses miracles ont révélé au monde la bonté de Dieu, son amour miséricordieux. Et pourtant, il est difficile pour nous de faire confiance à Dieu, tant la blessure de méfiance du péché originel et de nos péchés personnels est profonde. Soeur Faustine ouvre les rideaux du ciel et nous fait connaître plus profondément l’amour miséricordieux de Dieu, la plus révélée par la soffrance et la mort de Jésus. Cette connaissance génère et développe en nous une attitude de confiance qui s’exprime en faisant la volonté de Dieu, contenue dans les commandements, la parole de Dieu, les devoirs ou l’inspiration du Saint-Esprit. La volonté de Dieu, comme disait Sainte Faustine, est pour nous la miséricorde, c’est pourquoi elle l’accomplissait fidèlement et priait ainsi: Si tu m’emportes en pleine jeunesse, sois béni. Si tu m’ accordes de vivre jusqu’ à un âge avancé, sois béni. Si tu me donnes santé et force, sois béni. Si tu me cloues sur un lit de souffrance, même pour toute ma vie, sois béni. Si tu ne me donnes dans la vie que des échecs et des déceptions, sois béni. Si tu permets que mes intentions les plus pures soient blâmées, sois béni. Si tu accordes de la lumière à mon esprit, sois béni. Si tu me laisses plongée dans les ténèbres et dans toutes sortes de tourments, sois béni. Depuis ce moment, je vis dans une paix très profonde, car le Seigneur lui-même me porte dans ses bras. Lui, le Seigneur d’ infinie miséricorde, sait bien que je ne désire que lui seul en tout, toujours et partout (PJ 1264).

Accomplir la volonté de Dieu est non seulement une expression de confiance en Dieu, mais nous libère de la peur, de l’orgueil et de l’égoïsme, apporte paix et joie, nous permet de vivre plus pleinement dans la liberté des enfants de Dieu et de participer à la vie et à la mission de Jésus. C’est le moyen le plus court de s’unir à Dieu dans l’amour.

Dans l’Église catholique, le Samedi Saint est un jour de deuil après la crucifixion de Jésus-Christ. Dans les églises et les chapelles, auprès du « Tombeau du Seigneur », nous adorons Jésus dans le Saint-Sacrement, en le remerciant pour le travail de la rédemption et des grâces reçus sur la croix pour notre salut, et nous prions pour la miséricorde pour nous et le monde entier. Dans le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, dès le matin, des aliments sont bénis pour la table de Pâques. À 15h00,  la prière à l’heure de la Miséricorde est célébrée avec la neuvaine avant la fête de la Miséricorde Divine, puis la célébration de la descente de Notre Seigneur Jésus-Christ aux enfers. Le soir, donc à 20h00, devant la basilique, les rites de la Veillée pascale se commencent avec l’Eucharistie où pendant la liturgie les vœux du baptême sont renouvelés.

Le seul jour de l’année où il n’y a pas de l’Eucharistie car le sacrifice le plus parfait de lui-même a été fait au Golgotha par Jésus-Christ. La source de ma Miséricorde a été largement ouverte par la lance sur la Croix pour toutes les âmes: Je n’exclus personne ! (PJ 1182), a dit Jésus à Sainte Faustina pendant l’une des nombreuses révélations associées à sa passion. Le Vendredi saint, dans le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, d’une manière particulièrement solennelle, la prière au moment de l’agonie de Jésus sur la croix (Heure de la Miséricorde) est célébrée à 15h00, ainsi que la neuvaine avant la fête de la Miséricorde (transmission à: www.soeurfaustinae.fr. Après la neuvaine, env. 15h30, la messe du chemin de la croix sera célébrée. La Liturgie de la Passion du Vendredi commencera dans la basilique à 18h00. Après l’adoration de la Croix et la Sainte Communion, la procession eucharistique partira au Saint-Sépulcre qui est traditionnellement préparé dans le couvent, dans la chapelle de la Passion. Là, il y aura une adoration continuelle de Jésus dans le Saint Sacrement qui commencera par la prière « Regrets amers ». Le jeûne strict et l’abstinence de la viande sont obligatoires le Vendredi saint.

Le Jeudi Saint est un jour d’action de grâces au Dieu miséricordieux pour le don du sacerdoce et de l’Eucharistie. En cette heure de prière Jésus me permit d’entrer dans le Cénacle, écrit la sœur Faustine de son expérience mystique,  et j’assistai à ce qui s’y passait. Je fus très émue quand, avant la consécration, Jésus leva les yeux au ciel et entra dans une mystérieuse conversation avec Son Père. Ce n’est que dans l’éternité que nous comprendrons ce moment-là.. Ses yeux étaient comme deux flammes, Son visage rayonnant, blanc comme la neige, toute Sa personne empreinte de majesté. Son âme pleine de lassitude, se reposa au moment de la consécration : l’amour était assouvi, le sacrifice pleinement accompli. Maintenant il ne restait plus que la cérémonie extérieure de la mort à accomplir, la destruction extérieure. L’essence est au Cénacle (PJ. 684).

Dans le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, le Jeudi saint (le 14 avril de cette année), à 10h00, la messe chrismale sera célébrée par le archevêque Marek Jędraszewski, au cours de laquelle les huiles pour la célébration des sacrements seront bénies. L’Eucharistie sera concélébrée par des prêtres de l’ensemble de l’archidiocèse. Les jeunes et le service liturgique de l’autel viendront avec eux. À 18h00, la Messe en la Cène du Seigneur sera présidée par l’évêque Jan Zajac, gardien honoraire du Sanctuaire. La liturgie du Jeudi saint sera terminée par la procession avec le Saint Sacrement au reposoir qui se trouve traditionnellement dans la chapelle du couvent avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine. L’adoration de Jésus dans le reposoir va durer toute la nuit.

Du 7 au 11 avril de cette année, sœur Gaudia et sœur Inga de la communauté de Washington de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde partageront le message de la Miséricorde inscrit au « Petit Journal » de Sainte Faustine avec les fidèles de la paroisse Saint Matthieu à Sidney, au Montana qui est frontalier avec le Canada. Outre une conférence sur la présence vivante de Jésus dans le Saint-Sacrement et les thèmes essentiels du message de la Miséricorde, le programme comprend le chemin de croix, l’heure de la Miséricorde et le chapelet de la Miséricorde Divine, ainsi que l’adoration de Jésus dans le Saint-Sacrement. À l’issue de la mission, un déjeuner commun avec les participants à ces rencontres.

L’importance des choix quotidiens. Peut-être ne réalisons-nous pas à quel point beaucoup de choses dépendent de nos choix quotidiens, de prendre la croix pour chaque jour et de suivre les traces de Jésus. En fait, ici dans la vie terrestre, nous décidons de tout: non seulement de ce qui compte pour la vie personnelle, familiale, professionnelle, sociale, nationale … mais surtout pour la vie éternelle. Nous vivons sur terre uniquement pour apprendre l’amour, car toute éternité consiste en l’amour. Et dans l’art d’aimer, il y a une croix de supporter la souffrance, de pardon, de sacrifices … Jésus a ainsi instruit Sœur Faustine de l’importance pour la vie éternelle de la capacité de porter la croix.

Aussitôt, j’ai vu le Seigneur Jésus cloué sur la croix. Jésus était sur la croix depuis un moment, lorsque j’ ai vu toute une légion d’ âmes crucifiées comme lui. Et j’ ai vu une 284 petit journal deuxième légion d’ âmes, puis une troisième. Les âmes de la seconde légion n’ étaient pas clouées sur la croix, mais tenaient fermement leur croix en main. Les âmes de la troisième légion n’ étaient pas crucifiées et ne tenaient pas non plus fermement leur croix en main, mais elles traî­naient leur croix derrière elles et elles étaient mécontentes. Et Jésus m’ a dit : « Tu vois, les âmes qui me ressemblent dans la souffrance et dans le mépris me ressembleront aussi dans la gloire ; et celles qui sont moins semblables à moi dans la souffrance et dans le mépris me seront aussi moins semblables dans la gloire (PJ 446).

Cette année, du 8 au 10 avril, une retraite pour les filles et les femmes se tiendra au couvent des Carmélites déchaussées de Lorinčík, près de Košice, dans le sud de la Slovaquie, sur le thème : „Couverte de miséricorde”. La retraite sera animée par le père Andrej Valent OCD et s. M. Benediktína Fečová de la communauté de Kosice de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde.

Le 10 avril de cette année est le dimanche des Rameaux qui commence la Semaine Sainte. Ce jour-là, pendant les Messes, la description évangélique de la Passion de Jésus est lue. L’eucharistie est précédée d’une procession avec des rameaux ou tout simplement de la bénédiction des rameaux pour commémorer l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem. Les rameaux sont un symbole de la relance de la vie de Dieu dans les âmes des fidèles. Au sanctuaire de Cracovie-Lagiewniki, la procession solennelle avec des rameaux et l’évêque Jan Zajac, des prêtres, sœurs et fidèles sort de la chapelle avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine à 10h15 et va à la basilique où l’eucharistie sera célébrée. La description évangélique de l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem complète en quelque sorte l’expérience mystique de Sainte Faustine qui a écrit dans le « Petit Journal » : Je vis Jésus assis sur un ânon, suivi de ses disciples. Une foule immense, joyeuse, l’accompagnait. Tenant des branches à la main, les uns les jetaient au pied de là où passait le Seigneur Jésus ; d’autres les brandissaient en l’air, sautant et criant devant le Seigneur, ne sachant que faire tant était grande leur joie. Je vis aussi une seconde foule de gens qui sortaient à la rencontre de Jésus. Ils avaient des mines réjouies, et, tenant des branches à la main, ils ne cessaient de crier de joie. Il y avait là aussi des petits enfants. Mais Jésus était très sérieux et Il me fit connaître combien Il souffrait pendant ce temps.  Alors je ne vis plus rien, seulement Jésus dont le Cœur était saturé par l’ingratitude des hommes (Petit Journal 642). Jésus m’a fait connaître combien il a souffert durant ce cortège triomphal. En écho à l’Hosanna, résonnait dans le Cœur de Jésus : « crucifie-Le ! » Jésus m’a fait ressentir ce la de façon particulière. (Petit Journal 1028).

Le 5 avril de cette année à Turin, à l’église St. Christine, la réunion de formation de la communauté de l’Association des Apôtres de la Miséricorde Divine „Faustinum” aura lieu. Cette fois-ci, elle sera animée par sœur Emanuela Gemza de la communauté de Cracovie de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde. Le programme comprend : Eucharistie avec la vénération des reliques de Sainte Faustine, conférence sur Jésus miséricordieux, le rédempteur de l’homme, rencontre autour d’un thé.

Prendre soin de la conversion des pécheurs. C’est le plus grand acte de miséricorde, car il prend en compte le bien éternel de l’autre personne. Sœur Faustine, à l’instar de Jésus, a même, dans cette intention, sacrifié sa vie. Au cours d’expériences mystiques, elle a connu le ciel, le purgatoire et l’enfer et disait donc qu’aucun sacrifice n’était trop grand pour sauver un homme pour l’éternité. Jésus l’a invitée – et à travers elle aussi nous – à coopérer à l’œuvre de salut des pécheurs, même de ceux pour qui, humainement, il n’y a pas d’espoir. Il a demandé à plusieurs reprises: Combien je désire le salut des âmes ! Ma fille, aide-moi à sauver les âmes. Joins tes souffrances à ma Passion et offre-les au Père céleste pour le salut des pécheurs (P. J. 1032). La perte de chaque âme me plonge dans une tristesse mortelle. Tu me consoles toujours, quand tu pries pour les pécheurs. La prière qui m’ est la plus agréable est la prière pour la conversion des âmes pécheresses. Sache, ma fille, que cette prière est toujours exaucée (P. J. 1397).

Soeur Faustine répond avec générosité à l’invitation de Jésus: Jésus, je désire amener les âmes à la source de ta miséricorde, afin qu’ avec le vase de la confiance, elles y puisent l’ eau vivifiante de la vie. Plus l’ âme désire la miséricorde divine, plus la confiance avec laquelle elle se tourne vers Dieu doit être grande, et, si sa confiance en Dieu est sans limite, la miséricorde de Dieu pour elle sera également sans limite. Ô mon Seigneur, tu connais chaque battement de mon coeur, tu sais avec quelle ardeur je désire que tous les coeurs ne battent que pour toi, afin que toutes les âmes glorifient la grandeur de ta miséricorde (P. J. 1489).