Archivio delle notizie

Pendant la quatrième semaine de l’Avent, Sœur Faustine nous conduira au plus profond de l’âme, qui est aussi devenue le lieu de naissance de Jésus en nous. Il est né pour naître dans chaque cœur humain et le rendre heureux. « Je ne cherche pas de bonheur en dehors de mon être intérieur où demeure Dieu. Je me réjouis de Dieu à l’intérieur de moi-même. J’y vis sans cesse avec Lui : c’est là ma plus grande intimité avec Lui. J’y demeure, sûre de Lui, à l’abri des regards humains La Sainte Vierge m’encourage à me comporter de la sorte avec Dieu. (PJ 454) Faisons en sorte que les derniers jours de l’Avent soient le temps de la nouvelle naissance de Jésus, non seulement dans nos cœurs par le sacrement de la réconciliation, mais nous nous efforçons de faire en sorte qu’il trouve une place dans „les nombreuses âmes humaines” par notre prière et notre sacrifice.

Rorate – c’est la Sainte Messe votive à la Bienheureuse Vierge Marie, célébrée à l’Avent. Le nom de la Messe  vient des mots de l’introït qui commence par les mots: rorate caeli desuper – Ciel, répands ta rosée. A l’autel, une bougie ornée d’un ruban blanc, symbolisant Marie, est allumée et les fidèles tiennent dans leurs mains des bougies allumés qui illuminent les ténèbres du temple et sont un signe d’attente de la venue du Christ. Au Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Kraków-Łagiewniki, la messe est célébrée les lundi, mercredi et samedi à 6h30. Les internautes peuvent se joindre à cette prière grâce à la transmission en ligne sur : www.faustyna.pl

Les personnes de nombreux pays du monde qui participent à l’œuvre Chapelet continu à la Miséricorde Divine prient non seulement pour leurs propres besoins, mais demandent aussi « la miséricorde pour nous et pour le monde entier ». Intention spécifique pour décembre: pour une expérience spirituellement fructueuse de l’Avent et de Noël pour nous et nos familles, ainsi que pour la grâce de conversion et de confession pour ceux qui n’ont pas utilisé ce sacrement depuis longtemps, afin que Noël puisse aussi avoir lieu dans leur cœur.

L’œuvre « Chapelet continu » est une réponse à la demande de Jésus de prier constamment « la miséricorde pour nous et pour le monde entier ». Il est gérée par la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à www.faustyna.pl depuis 2011. Elle peut être suivie par tout internaute qui remplit un court formulaire d’inscription et qui déclare au moins une fois la récitation du chapelet de la Miséricorde Divine que Jésus a dicté à Sainte Sœur Faustine.

La troisième semaine de l’Avent sera consacrée à la réflexion sur le mystère de la miséricorde divine dans la naissance du Fils de Dieu. Sainte Sœur Faustine a écrit : « L’inconcevable miracle de Ta miséricorde a lieu, ô Seigneur. Le verbe s’est fait chair : Dieu a habité parmi nous, le Verbe Divin, la miséricorde Incarnée. Tu nous as élevé vers Ta Divinité par Ton abaissement ; c’est là l’excès de Ton amour, c’est l’abîme de Ta miséricorde. Le ciel s’étonne de cet excès de Ton amour, mais plus personne maintenant n’a peur de s’approcher de Toi, Tu es le Dieu de miséricorde, Tu as pitié de la misère. Tu es notre Dieu et nous, Ton peuple. Tu es notre Père et nous, Tes enfants par la grâce : que Ta miséricorde soit louée parce que Tu as daigné descendre chez nous ! » (PJ 1745) Avec Sainte Sœur Faustine, considérons l’amour miséricordieux de Dieu dans le miracle de la naissance du Fils de Dieu dans l’étable de Bethléem et dans l’âme de l’homme. Remercions-le de vouloir être si proche de nous dès la naissance, à travers tous les événements de sa vie jusqu’à sa mort, pour vivre avec nous dans la maison du Père et nous faire héritiers du ciel.

Le 16 décembre dans tous les couvents de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde, et aussi dans la chapelle avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Soeur Faustine dans le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, la neuvaine à l’Enfant-Jésus commence. Les antiennes traditionnellement chantées et les Litanies de l’Enfant-Jésus récitées sont la préparation spirituelle directe pour Noël. Vous pouvez participer à cette neuvaine en ligne à : www.faustyna.pl tous les jours à 19h00, le dimanche à 19h30 et la veille de Noël à 7h10.

 

Du 16 au 18 décembre de cette année, une retraite de l’Avent sur Internet sera organisée sur le sujet : „Père miséricordieux. Je me jette dans tes bras, Père de la Miséricorde”, qui sera animée depuis le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Łagiewniki.

Au cours des trois prochaines années, pendant la retraite de l’Avent, nous apprendrons à connaître la miséricorde de la Sainte Trinité. Cette année, nous souhaitons contempler la miséricorde du Père.

La retraite en ligne, organisée par l’Association des Apôtres de la Miséricorde Divine „Faustinum”, sera dirigée par le Père dr hab. Stanislaw Witkowski MS – missionnaire de Notre-Dame de la Salette, bibliste, directeur spirituel. Selon le programme qui sera publié sur www.faustinum.pl, des enregistrements vidéo seront successivement placés comme introduction à la prière et à la méditation personnelles. Les enregistrements de la conférence resteront sur le site jusqu’à la fin de l’Avent, le 23 décembre. Après cette date, il sera possible d’acheter un CD mp3 avec les enregistrements.

Le 19 décembre, à Camagüey, dans la Maison de la Mission du district de La Belén, s. Filipina de la communauté de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde organise, avec la „Caritas” locale, une rencontre de Noël pour les enfants catéchisés et leurs parents. Le programme comprend un atelier avec un psychologue, des chants de Noël et un déjeuner.

Du 5 au 8 décembre, dans la paroisse de la visitation de la Bienheureuse Vierge-Marie à Elmhurst, une des banlieues de Chicago, s. Gaudia et s. Grace de la communauté de Washington de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde organiseront une retraite de l’Avent de la Miséricorde Divine sur « L’espérance reconstruite ». La devise de ces journées seront les paroles de Saint Jean-Paul II prononcées au Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Łagiewniki : « Combien le monde d’aujourd’hui a besoin de la Miséricorde Divine. (…) Le feu de la miséricorde doit être transmis au monde ». Il a parlé du message de miséricorde donné au monde par Sainte Faustine et a exprimé son désir que ce message « atteigne tous les habitants de la terre et remplisse leur cœur d’espoir ». C’est le but de la retraite de l’Avent à Chicago.

Le 8 décembre de cette année, dans le sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, à 17 heures, une messe sera célébrée dans l’intention de tous les sponsors, donateurs et collaborateurs des oeuvres médiatiques menées par la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame de la Miséricorde, en particulier de ceux qui soutiennent l’œuvre « Chapelet pour les mourants », transmission en ligne sur le site Web www.faustyna.pl. Grâce à ce soutien, nous aidons environ 20 000 personnes qui meurent chaque année. Des centaines de milliers de personnes dans le monde peuvent virtuellement faire des pèlerinages au sanctuaire de Łagiewniki et se joindre dans la prière devant le célèbre tableau de Jésus miséricordieux et la tombe de Sainte Soeur Faustine. Les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde prient tous les jours pour les donateurs et les bienfaiteurs qui soutiennent ces travaux, mais cette Eucharistie est un don spécial de gratitude. Vous pouvez rejoindre cette célébration par transmission en ligne sur le site faustyna.pl, disponible dans l’application Faustyna.pl.

Le 8 décembre de cette année, en la solennité de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie, une cérémonie d’acceptation de 4 candidates (3 polonaises et 1 biélorusse) aura lieu au couvent de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Rabka. Après les cérémonies religieuses, l’Eucharistie à l’intention des postulantes sera célébrée dans la chapelle du couvent par le Père Rafał Gudwański.

Le postulat est la première tentative de vie religieuse. Il vise principalement à introduire progressivement les postulantes dans la vie religieuse, à enrichier et à étendre les connaissances religieuses, à former la culture de coexistence selon les principes de la bonne éducation, à développer la pratique des vertus naturelles et à approfondir la connaissance de la la vie et de l’apostolat. Ce ne sont pas seulement des conférences et le temps consacré à l’étude, mais aussi la prière et le travail dans la communauté des sœurs.

 

Sous cette devise, une rencontre virtuelle se tiendra les 12 et 13 décembre, organisée par les prêtres de la Congrégation de l’Oratoire de Saint Philippe Neri en Argentine, à laquelle participeront 8 sœurs de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde. Le projet de cet événement est né au moment de crise économique, sociale et spirituelle aiguë, provoquée par la pandémie de coronavirus en Argentine (plusieurs mois de quarantaine radicale) et en Amérique du Sud. Les conférences sur la Miséricorde Divine et son importance en ces temps seront tenues par le père Germán Saksonoff, président du Centre de spiritualité de Sainte-Faustine en Argentine et rédacteur en chef de „La Hora de la Misericordia”, Eduardo Arnau, fondateur de l’hebdomadaire catholique Cristo Hoy et le père Mauro Carlorosi, auteur du livre „La Miséricorde Divine prépare le monde”. Des conférences sur le mystère et le culte de la Miséricorde Divine sous les formes transmises par Sainte Soeur Faustine dans le contexte de la pandémie, de la vie de l’Apôtre de la Miséricorde Divine et de la mission continue de l’association „Faustinum” seront données par les soeurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde du couvent du Sanctuaire de Cracovie-Łagiewniki (s. Miriam, s. M. Teresa, s. Clareta, s. Emanuela, s. Eliana, s. Faustia et s. Maria Faustyna) et de Washington (s. Gaudia). Le programme de la rencontre de deux jours, qui se déroulera en espagnol, comprendra également : la prière à l’Heure de la Miséricorde et le Chapelet, l’adoration de Jésus dans le Saint-Sacrement et des présentations de la vie de Sœur Faustine à Głogowiec, Płock, Varsovie et Cracovie. Inscription et informations complémentaires sur http://www.hablaalmundo.com.

Le 8 décembre – comme le huitième jour de chaque mois – la communauté de Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde de Gdansk, Częstochowa, Kalisz et Kiekrz soutient par la prière les couples qui désirent la progéniture. 530 d’entre eux attendent ou ont des enfants. Les intentions demandant la prière à cette intention (prénoms des couples mariés) peuvent être envoyées par e-mail à : kontakt@modlitwaopotomstwo.pl ou via le fanpage : www.modlitwaopotomstwo.pl.

La communauté de personnes priant pour les enfants dirigée par le P. Andrzej Wiecki et les soeurs de la communauté de Gdańsk de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde, invitent cordialement les couples mariés voulant avoir des enfants à l’adoration de Jésus miséricordieux avec la prière pour la guérison qui se tiendra le 8 décembre à 19h30 au Sanctuaire Notre-Dame de Matemblewo. Transmission en ligne: www.facebook.com/modlitwaopotomstwo.

 

Pendant la deuxième semaine de l’Avent, nous proposons avec Sainte Faustine de considérer la miséricorde de Dieu dans le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu. « Dieu, qui n’as pas quitté l’homme après sa chute, mais dans Ta miséricorde, Tu lui as pardonné, pardonné d’une manière divine, c’est-à-dire non seulement Tu lui as remis sa faute, mais encore Tu l’as comblé de toutes les grâces. La miséricorde T’a poussé à daigner descendre jusqu’à nous  et à nous tirer de notre misère. Dieu descendra sur la terre, le Seigneur au-dessus de tous les Seigneurs, l’Immortel s’abaissera. Mais où descendras-Tu Seigneur ; est-ce dans le temple de Salomon ? Ou bien feras-Tu bâtir un nouveau temple où tu envisages de descendre ? Ô Seigneur, quel sanctuaire Te préparons-nous, car toute la terre est Ton marchepied. Tu T’es préparé, Seul, un sanctuaire : la Sainte Vierge. Ses entrailles immaculées Te sont une demeure » (PJ 1745) Pendant cette semaine avec Sainte Faustine, contemplons la miséricorde de Dieu dans le mystère de l’incarnation de son Fils qui pour nous a reçu le corps humain dans le sein de la Vierge Marie. Rendons grâce au fait que la nature humaine a ainsi été élevée, qui est désormais présente, par Jésus, dans le mystère de la Sainte Trinité.

Dans toutes les maisons de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde, le 29 novembre, la préparation spirituelle pour la célébration de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie commence : la neuvaine composée d’antiennes et des litanies de Lorette est conjointement célébrée. Indépendamment de la neuvaine communautaires, les sœurs essaient de faire un don à la Mère de la Miséricorde pour cette fête. Sainte Faustina célébrait également une neuvaine qui était basée sur la récitation  tous les jours 1000 fois « Je vous salue Marie … » au-delà des prières obligatoires dans la chapelle et des exercices spirituels. Elle a admis : Pour celui qui veut, rien n’est difficile. En dehors des récréations, je priais et travaillais. Ces jours-là, je n’ai prononcé aucun mot qui ne soit absolument nécessaire. Je dois cependant avouer que cette affaire nécessite une assez grande attention ainsi qu’un effort, mais pour glorifier l’Immaculée, rien n’est de trop (PJ 1413). Les internautes peuvent participer à la neuvaine par transmission en ligne du Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki.

Sœur Faustine commençait chaque Avent  avec Marie. Avant la fête de l’Immaculée Conception, elle célébrait une neuvaine avec toute la Congrégation et essayait également d’offrir quelque chose à la Vierge (par exemple, la neuvaine des mille „Je vous salue Marie…”). Elle contemplait la miséricorde que Marie éprouvait dans le don de l’immaculée conception et la plénitude de la grâce dont l’archange Gabriel l’avait assurée dans l’Annonciation et dans le don de la maternité divine. Celle qui a été choisie pour être la Mère du Fils de Dieu sait mieux que quiconque comment vivre le temps de l’attente de la venue de Jésus. Elle a conseillé à Sœur Faustine : « Applique-toi à être douce et humble pour que Jésus qui habite constamment dans ton cœur, puisse S’y reposer ! Adore-Le dans ton cœur, n’en sors pas ! (PJ 785) C’est peut-être aussi notre décision pour cette semaine de l’Avent de préparer nos cœurs à la présence toujours plus complète de Dieu dans nos cœurs.

Sous cette devise, chaque vendredi, dans le Sanctuaire National de la Miséricorde Divine aux Philippines, des conférences virtuelles sont organisées sous le patronage de l’évêque Ruperto C. Santos, agissant en tant que coordinateur national de la Miséricorde Divine aux Philippines. L’Association des Apôtres de la Miséricorde Divine „Faustinum” a également été invitée à participer à cet événement. Le 4 décembre de cette année, dans le cadre de cet événement, une conférence sur les paroles du Petit Journal de Sainte Soeur Faustine ” La patience, l’oraison et le silence – voilà ce qui fortifie l’âme” (PJ 944) sera délivré par S. M. Teresa de la Fuente du couvent de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde au sanctuaire de Cracovie-Łagiewniki. La conférence sera diffusée en ligne par le Sanctuaire national et la Paroisse de la Miséricorde Divine aux Philippines.

L

’Avent approche, a écrit Sainte Faustine dans son Petit Journal, Je désire préparer mon cœur à la venue de Notre Seigneur Jésus par la douceur et le recueillement de l’âme. Je m’unis ainsi à la Très Sainte Mère et imite fidèlement Sa vertu de douceur par laquelle Elle fut agréable aux yeux de Dieu Lui-même. J’ai foi en ce qu’à Ses côtés, je persisterai dans cette résolution.Nadchodzi Adwent (PJ 1398). Cette année, le premier dimanche de l’Avent est le 29 novembre. Liturgiquement, l’Avent et la nouvelle année dans la liturgie de l’Église commence par Vêpres le 28 novembre. C’est le temps d’attente joyeuse de Noël, de préparation spirituelle pour cette fête, ainsi que pour la seconde venue du Christ sur la terre et le temps de développer la sensibilité à sa venuede tous les jours ici et maintenant – comme le faisait Sainte Faustine dans le silence et le recueillement de l’esprit. La joie de vivre le mystère de la foi qui raconte la naissance dans le corps humain du Fils de Dieu – Miséricorde Incarnée – dépend de l’attente et la préparation spirituelle.

Le 30 novembre est le 40e anniversaire de la signature de l’encyclique de Jean-Paul II « Dives in misericordia ». C’est le premier document papal dans l’histoire de l’Église entièrement consacré au mystère de la miséricorde Divine et humaine. Bien que Jean-Paul II n’y ait pas mentionné Sainte Faustine, qu’il n’ait pas fait directement référence à son héritage spirituel, il a écrit le message essentiel de son « Petit Journal » dans ce document papal. Ce message vise à rappeler la vérité biblique sur l’amour miséricordieux de Dieu pour l’homme et à la proclamer au monde moderne avec une puissance nouvelle par le témoignage de la vie, des actes, des paroles et de la prière. La convergence de ce message dans les deux œuvres est frappante non seulement en montrant le mystère de la miséricorde de Dieu comme le plus grand attribut de la Trinité, mais aussi en examinant le concept de miséricorde. Les deux saints de Cracovie montrent la beauté et la richesse d’une miséricorde bien comprise. De plus, dans les deux œuvres , nous lisons sur les mêmes tâches qui découlent de la connaissance et de l’expérience de l’amour miséricordieux de Dieu. Et ce sont : proclamer le mystère de la miséricorde de Dieu, faire la miséricorde et demander la miséricorde de Dieu.

L’encyclique « Dives in misericordia » et le « Petit Journal » sont des ouvrages de genre différent, mais leur message est en fait une chose : le mystère de la miséricorde de Dieu, qui est au cœur de la Bible et de l’expérience de chaque être humain. Ces deux œuvres montrent, de manière complémentaire, ce qu’est la miséricorde de Dieu, à quel point sa grandeur et sa puissance sont incompréhensibles dans la vie des gens et du monde. Grâce à ces documents, du point de vue de la théologie et de l’expérience mystique, l’Église du XXe et du XXIe siècle peut mieux apprendre et vivre cette vérité révélée dans la Bible.

Les personnes de nombreux pays du monde qui participent à l’œuvre Chapelet continu à la Miséricorde Divine prient non seulement pour leurs propres besoins, mais demandent aussi « la miséricorde pour nous et pour le monde entier ». Intention détaillée pour novembre : pour l’arrêt de la pandémie de coronavirus, les grâces nécessaires pour les malades, les mourants et le personnel médical et la joie du ciel pour les morts.

L’œuvre « Chapelet continu » est une réponse à la demande de Jésus de prier constamment « la miséricorde pour nous et pour le monde entier ». Il est gérée par la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à www.faustyna.pl depuis 2011. Elle peut être suivie par tout internaute qui remplit un court formulaire d’inscription et qui déclare au moins une fois la récitation du chapelet de la Miséricorde Divine que Jésus a dicté à Sainte Sœur Faustine.

À l’époque de la pandémie de coronavirus, les masques sont devenus un objet d’usage quotidien. Nous les portons obligatoirement, quelle que soit la tenue que nous mettons. Dans l’espace public, vous pouvez voir leurs différents motifs, formes et couleurs. Il existe également des masques avec un logo ou un message. Et de tels masques sont apparus dans la boutique „Misericordia” du Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Łagiewniki.  Il est facile de deviner que ce sont des masques à messages : « Jésus, j’ai confiance en Toi ! ». Ces mots n’expriment pas seulement l’essence du message de miséricorde par lequel Jésus a envoyé Sainte Faustine au monde entier, mais ils sont aussi une prière efficace, si l’exécution de la volonté de Dieu y est associé. Saint Jean Paul II a dit : „Il n’y a pas de mots plus éloquents que la simple phrase de Sœur Faustine. « Jésus, j’ai confiance en Toi ! ».

Le 15 novembre de cette année, au Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Cracovie-Lagiewniki, le 4 anniversaire de la proclamation de l’acte jubilaire d’acceptation Christ en tant que Roi et Seigneur est célébré. La messe solennelle célébrée par l’archevêque Andrzej Czaja aura lieu à midi. Transmission en ligne : www.milosierdzie.pl

Le sanctuaire de Lagiewniki comporte l’un des plus vieux cimetière de Cracovie – cimetière religieux fondé à la fin du XIXe siècle, dans les profondeurs de l’ancien jardin de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde. Y reposent les corps des sœurs, des aumôniers, des élèves de la Congrégation et des personnes liées au couvent de Lagiewniki. Au cimetière, pendant 28 ans, les restes mortels de St. Soeur Faustine ont reposé. Sont y enterrées entre autre la Supérieure générale, mère Michaele Moraczewska, soeur Kaliksta Piekarczyk qui a sacrifié sa vie dans l’intention de sauver Cracovie pendant la Seconde Guerre mondiale, mère Ksawera Olszamowska offrant sa vie dans l’intention d’établir à l’Eglise la fête de la Miséricorde Divine et de diffuser le message de la Miséricorde, et d’autres sœurs qui ont fait le sacrifice de leur vie dans des intentions différentes. Le cimetière religieux sur le côté sud est situé à côté de la basilique du sanctuaire de Lagiewniki et est souvent visité par les pèlerins. Sur le côté est, derrière la basilique, il y a un cimetière de la Première Guerre mondiale. Il n’y a pas de tombes séparées, mais une grande croix et un obélisque avec une plaque qui dit que 266 soldats de 15 pays européens y reposent. Au cours de la Première Guerre mondiale, une partie de la propriété du couvent a été saisie pour les besoins d’un grand hôpital militaire de plus de 1.000 lits. L’hôpital occupait aussi quelques casernes où des soldats de différentes nationalités atteints du typhus, du choléra, de la dysenterie, de la variole et de la fièvre scarlatine, alors des maladies infectieuses, étaient traités. Certains soldats ne pouvaient pas être sauvés, ils sont morst à l’hôpital et enterrés dans le cimetière derrière le mur du couvent.

Telle était la question posée par Sœur Faustina au cimetière monastique à Cracovie-Lagiewniki à ses co-sœurs mortes qui l’avaient précédée vers l’éternité. Ensuite, elle a reçu la réponse : Nous sommes heureuses dans la mesure où nous avons accompli la volonté de Dieu (PJ 515 et 518.). Après ces mots, la Sainte s’est longtemps interrogée sur la façon dont elle remplit la volonté de Dieu et comment elle profite du temps de sa vie terrestre. Il vaut la peine d’y penser, quand ces jours, nous visitons les tombes de nos proches. Chaque cimetière cache des histoires extraordinaires de gens, et en même temps, il rappelle le caractère éphémère de la vie humaine, évoque la réflexion sur son sens et son but. Dieu qui veut le bonheur temporel et éternel de chaque homme nous rappelle avec puissance à travers la vie de Sainte Faustine et ses expériences mystiques où il est et comment l’atteindre.

 

À l’occasion de l’octave de la Toussaint, du 1er au 8 novembre, les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde au sanctuaire de Cracovie-Łagiewniki participeront à une grande prière pour les enfants non nés. « Par les mains de Marie , comme l’écrivent les organisateurs, nous voulons les accueillir, les serrer dans nos bras, les recevoir, peut-être même leur donner un nom. Nous demanderons pardon pour les enfants qui n’ont pas pu naître ». La prière du rosaire à cette intention aura lieu les jours ouvrables à 19 heures et le dimanche à 18h30. De brèves réflexions pour chaque jour de prière tirées des œuvres de saints, de bienheureux et de serviteurs de Dieu, notamment de Saint Jean-Paul II et de Sainte Sœur Faustine, plus d’informations et inscription à l’adresse suivante : www.rozaniecdogranic.pl.

 

Le 8 novembre – comme le huitième jour de chaque mois – la communauté de Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde de Gdansk, Częstochowa, Kalisz et Kiekrz soutient par la prière les couples qui désirent la progéniture. 515 d’entre eux attendent ou ont des enfants. Les intentions demandant la prière à cette intention (prénoms des couples mariés) peuvent être envoyées par e-mail à : kontakt@modlitwaopotomstwo.pl ou via le fanpage : www.modlitwaopotomstwo.pl.

La communauté „La femme est divine”, le père Andrzej Wiecki, son guide spirituel, et les soeurs de la communauté de Gdańsk de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde, invitent cordialement les couples mariés voulant avoir des enfants à l’adoration de Jésus miséricordieux avec la prière pour la guérison qui se tiendra le 8 novembre à 19h30 au Sanctuaire Notre-Dame de Matemblewo. Transmission en ligne: www.facebook.com/modlitwaopotomstwo.

Le projet „Esperanza” et les Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde de Camagüey participent à des journées internationales de prière pour la vie. Pour la première fois dans l’histoire, Cuba, avec cinquante autres pays, participe à 40 jours de prière et de jeûne offerts pour l’achèvement de l’avortement dans le monde. L’action durera jusqu’au 1er novembre de cette année.

Le premier jour de Novembre est célébré dans la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde non seulement comme la date à laquelle l’Eglise honore tous les saints mais aussi comme l’anniversaire de la Congrégation en Pologne. Ce jour, en 1862, l’archevêque Zygmunt Szczesny Felinski a consacré la chapelle et la première Maison de la Miséricorde à Varsovie rue Zytnia. Les soeurs reviennent ce jour d’une manière spéciale aux débuts de l’histoire de leur Congrégation. Elles se rappellent sa fondatrice, mère Teresa Ewa de Sułkowski comtesse Potocki qui a accepté l’invitation de l’archevêque. Szczesny Felinskie et est venue à Varsovie pour aider les femmes « effondrées » à revenir à une vie digne, en créant une oeuvre sur le modèle de la Maison de la Miséricorde à Laval (France) qui avait inspiré son travail apostolique et sa vie religieuse. Avec toute l’Eglise, les sœurs adorent aussi tous ceux qui ont atteint l’objectif de la vie – l’union avec Dieu pour toujours. Parmi eux, il ya Sainte Faustine Kowalska, apôtre de la Divine Miséricorde connue dans le monde entier, co-fondatrice spirituelel de la Congrégation, saint archevêque Zygmunt Szczesny Felinski, ainsi que les sœur mortes, les élèves, les apôtres de la Miséricorde Divine de l’association „Faustinum” qui ont participé à la mission de la Congrégation en faisant présent dans le monde l’amour miséricordieux de Dieu par leur vie, acte, parole et prière. Les sœurs dans tous les couvents remercient pour « hier » de la Congrégation, elles confient à la Miséricorde de Dieu son « maintenant » et « futur » pour que tous les plans de Dieu s’accomplissent.

À la Toussaint, l’Église honore non seulement les personnes élevées à la gloire des autels, connues sous le nom et la biographie, mais aussi les prêtres, les personnes consacrées et les fidèles laïcs qui ont atteint le but de la vie – l’union avec Dieu dans l’amour pour toujours. Il y a plus de Saints qui vivent parmi nous qu’il n’y paraît. La preuve de cela est aussi l’histoire de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde qui peut être fière non seulement St. Sœur Faustine Kowalska. Pendant plus de 150 ans d’existence et d’activité de la Congrégation, un grand nombre de personnages inhabituels se sont inscrits dans son histoire. Parmi eux, il y a St archevêque Zygmunt Szczesny Felinski qui a fondé la Congrégation, St. Jean-Paul II, qui avait été si souvent à Lagiewniki, béatifié et canonisé Sœur Faustine, et a fait beaucoup pour la mission de proclamer le message de la Miséricorde, bienheureux Julian Nowowiejski qui a invité les sœurs à Plock et a écrit la première histoire de la Congrégation, bienheureux Jan Balicki qui a commencé le travail de la Congrégation à Przemysl et pendant trois ans, il a servi les sœurs et les élèves, bienheureuse Maria Karwowska qui a subi la formation dans le couvent de Lagiewniki, bienheureux Michal Sopocko, confesseur de Vilnius du monastère d’Antokol et directeur spirituel de Soeur Faustine. Parmi les candidats à la sainteté, il faut mentionner les confesseurs servant dans le couvent de Cracovie-Lagiewniki: serviteur de Dieu Wojciech Baudis, père Bernard Lubienski (rédemptoriste), père Stanislaw Bednarski, père Stanislaw Podoleński, père Marian Morawski, père Jozef Cyrek ou serviteur de Dieu, Jacek Woroniecki, auteur du livre « Le mystère de la miséricorde de Dieu » que les sœurs ont copié du manuscrit à Lagiewniki. La liste des saints, bienheureux et serviteurs de Dieu est beaucoup plus grande, surtout si l’on tient compte non seulement de la coopération constante avec la Congrégation, mais d’autres circonstances et contacts. Même aujourd’hui parmi nous, il y a des saints, gens fascinés par l’amour miséricordieux du Christ, participant à sa vie et à la mission de la révélation au monde du mystère de la miséricorde de Dieu.