Archivio delle notizie

Traditionnellement, le 1er janvier de chaque année, dans tous les couvents de la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame de la Miséricorde se déroule un tirage au sort de Patrons annuels. Du „Petit Journal”, nous savons combien d’importance Sainte Faustine y attachait. Elle voulait que quelqu’un du Ciel l’accompagnela nouvelle année d’une manière spéciale pour la soutenir. Le matin, pendant la méditation, un secret désir s’éveilla en moi que Jésus Eucharistie soit mon Patron particulier pour cette année comme avant. Cependant, cachant ce désir à mon Bien-aimé, je Lui parlai de tout, sauf de cela. Quand nous sommes arrivées au réfectoire pour déjeuner, après le signe de croix, nous commençâmes à tirer au sort. Lorsque je me suis approchée des petites images où sont inscrits les Patrons j’en ai pris une sans réfléchir. Cependant pour me mortifier pendant quelques minutes, je ne l’ai pas lue tout de suite. Soudain j’entendis une voix dans mon âme : « Je suis ton Patron, lis. » À ce moment, j’ai regardé l’inscription et j’ai lu : Patron pour l’année1935, la Sainte Eucharistie ». Mon cœur frémit de joie (PJ 360).

Il y a aussi d’autres personnes liées à la Congrégation, qui font un tirage au sort, ce sont: prêtres, collaborateurs, membres et volontaires de „Faustinum”, amis, hôtes…   et de même les internautes sur le site: www.soeurfaustine.fr.  Ils reçoivent de même avec le Patron, un message tiré du „Petit Journal” de sainte Soeur Faustine, avec un petit mot, le plus souvent c’est une intention à prier.

Que les Saint Patrons nous soutiennent, nous aident à vivre magnifiquement et participent plus pleinement à la vie et à la mission de Jésus, en révélant au monde l’amour miséricordieux de Dieu.

Indépendamment des visites pastorales de la paroisse qui tombent à des dates diverses, à la Congrégation des Sœurs de la Miséricorde Divine  à l’occasion de la fête de l’Épiphanie (Manifestation de Dieu) on célèbre la visite pastorale monastère traditionnelle.  À cette occasion les prêtres en service aumônier, accompagnés des « chanteurs de chants de Noël » passent dans toutes les salles du monastère : la salle de Congrégation et autres lieux communs, les chambres religieuses, les ateliers, les chambres d’invités… pour les asperger de nouveau de l’eau bénite, les remplir avec de la fumée de l’encens et par la prière demander au Dieu la bénédiction pour tous les habitants et tous les invités pour une autre année de vie et du service apostolique.

L’amour miséricordieux de Dieu révélé dans la naissance de Jésus est chanté dans les chants liturgiques, appelés les chants de Noël, et dans les chants pastoraux qui ont un caractère plus laïc. Un répertoire particulièrement riche, des centaines de chants de Noël, est inscrit dans la culture religieuse et nationale polonaise. Ils sont chantés dans toutes les maisons, non seulement à la table de Noël et pendant la période de Noël, dans les églises pendant la liturgie et lors de diverses réunions de Noël. Beaucoup d’entre eux ont été composés par des poètes et des compositeurs célèbres et de nouveaux sont créés chaque année. Ils créent aussi une atmosphère unique de la période de Noël, en aidant à prier, à contempler et à expérimenter le mystère de la Miséricorde Divine révélé dans le fait de l’incarnation et de la naissance du Fils de Dieu.

Traditionnellement, le 31 décembre à 21h00 dans la chapelle avec le tableau de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sœur Faustine au Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Cracovie-Łagiewniki, l’adoration du Sain- Sacrement tenue par les sœurs sera commencée. À la fin de l’adoration à 24h00 la première Messe de la nouvelle année sera célébrée. Pendant les Vêpres (19 h00), de l’adoration et de la Messe de Nouvel An vous pouvez nous rejoindre par la transmission on-line sur le site: www.soeurfaustine.fr .

La congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Miséricorde tient à remercier à tous les collaborateurs, bienfaiteurs et donateurs qui contribuent à la création du site internet www.faustyna.pl, actuellement mis à jour en sept langues, et toutes les œuvres de la miséricorde menées grâce à ce site, et tout particulièrement la prière pour les mourants (Koronka za  konających) et la transmission on- line de la chapelle avec le tableau de Jésus Miséricordieux et le Tombeau de Sœur Faustine au Sanctuaire à Kraków-Łagiewniki. Nous participons tous ensemble dans la mission du Jésus révélant au monde l’amour miséricordieux du Père des Cieux et accordant aux gens sa miséricorde. C’est aussi par Vous réunis dans le service apostolique – Chers Informaticiens, Traducteurs, Bienfaiteur et Donateurs – que passe au monde la miséricorde Divine. Que le Noël soit pour tous une période de joie exceptionnelle et de la paix car le Dieu est descendu sur terre, est avec nous et vie par nous quand nous somme en état de grâce. Quel le Nouvel An 2022 – Année Jubilaire de la Miséricorde – soit rempli de Sa grâce et de Sa miséricorde accordées aux semblables.

Noël est associé à la coutume de décorer le sapin de Noël qui placé dans les églises, les maisons ou dans les lieux publics. Un arbre, en particulier un conifère, dans de nombreuses cultures est un symbole de vie, de renaissance, de durée et de fertilité. Le sapin ou l’épicéa décoré est devenu le symbole le plus reconnaissable de Noël en Europe. L’arbre vivant lui-même est devenu un symbole du Christ comme source de vie dans le christianisme. Mais aussi certaines décorations de l’arbre de Noël ont leur symbolisme, bien que pas toujours reconnu aujourd’hui : par exemple, l’étoile placée au sommet d’un arbre était censée indiquer le chemin du retour de loin, la lumière indique le Christ qui est la lumière du monde, les anges sont ceux qui sont censés prendre soin de la maison, les guirlandes de papier rappelaient l’esclavage par le péché dont Jésus nous libère… Dans la culture moderne, cependant, il semble que les cadeaux qui se trouvent sous l’arbre de Noël sont plus importants, mais ils sont aussi un présage des cadeaux du Ciel. Cependant, il vaut la peine de regarder l’arbre de Noël dans cette symbolique de la culture chrétienne pour mieux vivre le mystère du Noël.

Moi par l’amour je suis descendu vers toi du ciel, j’ai vécu pour toi, je suis mort pour toi et pour toi j’ai créé les cieuxa dit Jésus à sainte Faustine et c’est les mots adressés à toutes les personnes. À l’occasion de Noël et du Nouvel An 2022 à  tous les Collaborateurs,  Bienfaiteurs, Donateurs, Personnes intégrant les diverses œuvres apostoliques de l’Assemblée, également à l’œuvre des prières pour les mourants (Koronki za umierających) et la prière perpétuelle (Nieustanna Koronka), Internautes visitant notre site Web nous souhaitons la découverte incessante de la présence d’Emmanuel – Dieu avec nous –la perception des signes de Son amour miséricordieux à tous les moments de la vie et de la vie quotidienne en Sa compagnie. Nous vous souhaitons aussi des bénédictions temporelles qu’elles vous apportent la joie et vous rapproche à l’amour encore plus profond du Dieu et des autres. Que le Nouvel An 2022 soit rempli de la grâce Divine et de la miséricorde pour tous les nécessiteux. Nous prions pour tous à qui nous passons nos vœux.  Que la Miséricorde Divine soit glorifiée par vous et pas nous.

C’est ainsi que soeur Faustine écrivait sur le mystère de l’incarnation et de la naissance du Fils de Dieu. Franciszek Karpinski l’a exprimé de manière poétique dans un chant de Noël polonais :

Dieu est né et les puissances tremblent
Le Seigneur des cieux est couché nu,
Le feu a gelé, la lumière est voilée,
L’Éternel a maintenant ses limites.
Méprisé, cependant vêtu de gloire, 
Roi mortel des siècles des siècles !
Et le Verbe s’est fait chair,
Vivant éternellement parmi nous ! 

 Dieu, infini et éternel, a accepté le corps humain et est devenu homme. Aucune religion au monde n’a un tel dieu qui soit le Créateur et le Seigneur de tout ce qui existe, qui est infini, un, saint, transcendant, omnipotent et omniscient, inconcevable par toute raison humaine ou angélique, et en même temps dans son Fils dans le corps humain proche de l’homme. La contemplation de la miséricorde de Dieu dans ce mystère ravit et apporte une joie indicible, parce que Dieu vit avec nous, la Parole de Dieu – Miséricorde incarnée (PJ, 1745).

Le dimanche de l’Octave de Noël, cette année le 26 décembre, l’Église catholique célèbre la fête de la Sainte Famille, c’est-à-dire de Jésus, Marie et Joseph. C’est en même temps la fête de toute famille humaine qui, comme la famille de Nazareth, est l’œuvre du Père céleste et va le rejoindre et qui doit faire face à de nombreuses difficultés dans la vie terrestre. Aujourd’hui, à l’heure d’une attaque massive contre la famille, d’une crise du mariage et de la vie familiale, la Sainte Famille montre un modèle heureux de vie communautaire dans lequel Dieu est le plus important et le principe de l’amour et de la confiance mutuelle est appliqué dans les relations mutuelles.

En ce jour, nous remercions de façon particulière la Miséricorde Divine pour le don de nos familles et nous demandons les grâces nécessaires pour ceux qui vivent des difficultés et des crises. Pour les familles en conflit et brisées, nous demandons la grâce de la réconciliation, du pardon mutuel, du retour sur le chemin de l’amour mutuel et de l’imitation dans la vie de la Sainte Famille de Nazareth. Pour cette intention, au Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Cracovie-Łagiewniki devant le célèbre tableau de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine, chaque jour, à 20h30, on prie le rosaire et le deuxième samedi du mois, à 17h, on célèbre l’Eucharistie. Vous pouvez également participer à cette prière par transmission en ligne sur le site : www.soeurfaustine.fr

Le mot seul: vigilia signifie la surveillance et l’attente. Ce temps de l’attente est accompagné par la prière, le jeûne et d’autres préoccupations entrepris par amour pour Jésus, comme une préparation directe pour la célébration de Sa naissance dans le corps humain. Selon la tradition chrétienne après l’apparition de « la première étoile dans le ciel » (en référence symbolique à l’étoile de Bethléem qui annonçait la naissance de Jésus), tous, dans les maisons, les couvents, dans les diverses communautés, se mettent à table pour souper. Le pain béni (opłatek) partagé dans les familles polonaises et les vœux réciproques sont une occasion pour le pardon et la réconciliation, créent une atmosphère d’amour avec la présence du Dieu. Sœur Faustine a décrit dans le « Petit Journal » décrit dans le „Journal” plusieurs réveillons de Noël. Pendant le dernier, qu’elle a vécu en 1937 à Cracovie, elle a noté : Avant le souper je suis passée à la chapelle pour partager en âme le pain bénit avec toutes les personnes aimées et chères  pour mon cœur, pourtant loin de moi. Tout d’abord, je me suis plongée dans la prière profonde et j’ai prié Dieu d’accorder la grâce à toutes ces personnes et après pour chacun particulièrement. Jésus m’a donné le signe à quel point il lui plaisait ma prière et mon âme fût remplie de joie encore plus immense que Dieu aime particulièrement ceux que nous aimons. Quand je suis entrée au réfectoire, pendant la lecture toute être était plongé en Dieu. Dans mon intérieur j’ai vu Dieu vous regardant avec une énorme  complaisance. Je suis restée seule, tête-à-tête, avec le Père des Cieux. À ce moment, j’ai connu trois Personnes Divines que nous contemplerons pour toujours, et après des millions d’années, nous saurons que nous sommes juste au début de notre contemplation. Oh, que la miséricorde Divine est énorme, et qu’il permet aux hommes de participer à son bonheur Divin, mais en même temps, quelle grande  douleur passe par mon cœur que beaucoup d’âmes  ont rejeté ce bonheur (J. 1438-1439). Que Dieu trouve la place dans chaque maison, à chaque table du réveillon et dans chaque cœur ! Car seul en Lui, dans sa Miséricorde le mode trouve la paix et l’homme le bonheur !

 

Dans toutes les églises et chapelles, aussi de notre Congrégation, à minuit du 24/25 décembre la une messe solennelle est célébrée, dit la Messe de minuit. C’est la première Eucharistie de la célébration de la Naissance de Jésus, qui commémore l’attente et de prière des bergers de Bethléem, hâtifs de saluer le  Fils de Dieu né dans la chair humaine. Les expériences mystiques de Sœur Faustine, notées dans le « Petit Journal » nous rapprochent ce mystère extrêmement joyeux de l’arrivée du Jésus sur la terre et l’entrée dans les cœurs purs. Quand la Messe sainte – a noté la Sœur Faustine – fut célébrée, la concentration interne m’a submergé et la joie a rempli mon âme. Pendant la consécration j’ai vu Jésus à l’autel, d’une beauté incomparable. Cet enfant regardait tout sans cesse et tendait ses petites mains vers eux (J. 347). Après la Communion – elle a écrit dans le texte suivant –j’ai entendu ses mots : « Je suis toujours dans ton cœur, et ce non pas seulement au moment de ta Communion, mais toujours ». Dans la joie énorme j’ai vécu ces Fêtes (J. 575). Nous souhaitons cette joie provenant de présence du Dieu dans nos cœurs  à tous pendant la Messe de nuit, les Fêtes entières et chaque jour de la Nouvel An !

Parmi tous les préparations pour Noël, la préoccupation des questions spirituelles, de la préparation l’âme à la nouvelle naissance du Fils de Dieu est la plus importante. Voilà pourquoi nous faisons au cours de cette période un certain nombre de dispositions destinées à organiser notre vie spirituelle, nous participons aux retraites, aux récollections et au sacrement de la réconciliation. Dans de nombreux sanctuaires de la Miséricorde Divine, entre autres, à Cracovie-Lagiewniki et à Plock et d’autres sanctuaires et églises, de longues file d’attente se forment pour la confession. Sans cette préparation, Noël sera privé de la joie la plus profonde de la présence de Dieu dans l’âme, il ne sera que quelques jours de congé, une occasion pour donner des cadeaux qui nour rendent heureux seulement pour un moment. Vous croyez que Dieu est né dans une crèche de Bethléem, mais malheur à vous, s’il n’est pas né en vous, a écrit Adam Mickiewicz.

Le 16 décembre dans tous les couvents de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde, et aussi dans la chapelle avec le tableau miraculeux de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Soeur Faustine dans le Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, la neuvaine à l’Enfant-Jésus commence. Les antiennes traditionnellement chantées et les Litanies de l’Enfant-Jésus récitées sont la préparation spirituelle directe pour Noël. Vous pouvez participer à cette neuvaine en ligne à : www.faustyna.pl tous les jours à 19h00, le dimanche à 19h30 et la veille de Noël à 7h10.

Le 22 décembre à 19h00, au Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Łagiewniki devant le célèbre tableau de Jésus Miséricordieux et le tombeau de Sainte Faustine, la rencontre mensuelle des jeunes se tiendra. Cette année, les sœurs et les participants à ces rencontres suivent par la devise : « Viens et fais confiance ! ». Dans la prière, les jeunes confieront au Dieu miséricordieux toutes les questions difficiles de l’Église, du monde et leurs problèmes personnels. Les soirées d’adoration seront également une préparation spirituelle au 20e anniversaire de l’acte de confier le monde à la Miséricorde Divine, réalisé dans le Sanctuaire de Łagiewniki par Jean Paul II en el 17 août 2002. 

Le 22 décembre de cette année, dans le Sanctuaire National Jean-Paul II, la traditionnelle „Soirée avec Jésus le Miséricordieux” débutera à 19h. Elle sera animée par les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde. Cette fois-ci, sœur Gaudia Skass parlera de l’histoire courageuse et étonnante de Karol Wojtyla et du Pape Jean-Paul II qui a apporté le message de la Miséricorde Divine au monde. Elle partagera également des faits peu connus de sa vie qui inspirent non seulement à se préparer bien à Noël, mais aussi à s’impliquer dans la mission de préparer le monde à la seconde venue de Jésus sur terre. Dans l’ambiance des derniers jours de l’Avent, la mise en musique de la rencontre sera assurée par Brian Rhude. À la fin de la soirée, les sœurs ont préparé un tirage au sort des saints patrons pour l’année 2022. Ceux qui ne peuvent pas assister directement à la réunion peuvent se connecter pendant la première partie de la réunion via une diffusion en direct sur le profil du sanctuaire : https://www.facebook.com/JP2Shrine lub na kanale You Tube: https://www.youtube.com/c/SaintJohnPaulIINationalShrine.

Sur le canal You Tube, vous pouvez écouter la conférence de s. Gaudia Skass ISMM du mois dernier, qui est sous ce lien :
https://www.youtube.com/watch?v=Vp1e4YbOTXk&t=1562s

Le 22 décembre de cette année à Rome, à l’église St. Joachim à Rome (quartier Prati), il y aura une autre rencontre de la communauté des Apôtres de la Miséricorde Divine „Faustinum”, qui sera guidée par le slogan : „Le Créateur miséricordieux de l’homme”. Elle sera animée par le prêtre dr hab. Waldemar Turek qui travaille à la Secrétairerie d’État du Saint-Siège et enseigne à l’Université pontificale salésienne de Rome, et les sœurs de la communauté romaine de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde. Au programme : prière à l’Heure de la Miséricorde et Chapelet de la Miséricorde Divine, conférences et Eucharistie.

Pendant la quatrième semaine de l’Avent, Sœur Faustine nous conduira au plus profond de l’âme, qui est aussi devenue le lieu de naissance de Jésus en nous. Il est né pour naître dans chaque cœur humain et le rendre heureux. « Je ne cherche pas de bonheur en dehors de mon être intérieur où demeure Dieu. Je me réjouis de Dieu à l’intérieur de moi-même. J’y vis sans cesse avec Lui : c’est là ma plus grande intimité avec Lui. J’y demeure, sûre de Lui, à l’abri des regards humains La Sainte Vierge m’encourage à me comporter de la sorte avec Dieu. (PJ 454) Faisons en sorte que les derniers jours de l’Avent soient le temps de la nouvelle naissance de Jésus, non seulement dans nos cœurs par le sacrement de la réconciliation, mais nous nous efforçons de faire en sorte qu’il trouve une place dans „les nombreuses âmes humaines” par notre prière et notre sacrifice.

La troisième semaine de l’Avent sera consacrée à la réflexion sur le mystère de la miséricorde divine dans la naissance du Fils de Dieu. Sainte Sœur Faustine a écrit : « L’inconcevable miracle de Ta miséricorde a lieu, ô Seigneur. Le verbe s’est fait chair : Dieu a habité parmi nous, le Verbe Divin, la miséricorde Incarnée. Tu nous as élevé vers Ta Divinité par Ton abaissement ; c’est là l’excès de Ton amour, c’est l’abîme de Ta miséricorde. Le ciel s’étonne de cet excès de Ton amour, mais plus personne maintenant n’a peur de s’approcher de Toi, Tu es le Dieu de miséricorde, Tu as pitié de la misère. Tu es notre Dieu et nous, Ton peuple. Tu es notre Père et nous, Tes enfants par la grâce : que Ta miséricorde soit louée parce que Tu as daigné descendre chez nous ! » (PJ 1745) Avec Sainte Sœur Faustine, considérons l’amour miséricordieux de Dieu dans le miracle de la naissance du Fils de Dieu dans l’étable de Bethléem et dans l’âme de l’homme. Remercions-le de vouloir être si proche de nous dès la naissance, à travers tous les événements de sa vie jusqu’à sa mort, pour vivre avec nous dans la maison du Père et nous faire héritiers du ciel.

Du 10 au 12 décembre, au Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Łagiewniki, il y aura une retraite pour les prêtres sous le slogan : Leur thème sera la miséricorde du Fils de Dieu, dont Sainte Faustine à écrit dans son Petit Journal : « Dieu a habité parmi nous, le Verbe Divin, la miséricorde Incarnée » (PJ 1745). Elle sera dirigée par le père Janusz Pyda, dominicain, professeur de philosophie et de théologie dogmatique au Collège de philosophie et de théologie de la Province dominicaine polonaise, directeur spirituel et animateur de retraites. La retraite est organisée par l’Association des Apôtres de la Miséricorde Divine « Faustinum ».

Pendant la deuxième semaine de l’Avent, nous proposons avec Sainte Faustine de considérer la miséricorde de Dieu dans le mystère de l’incarnation du Fils de Dieu. « Dieu, qui n’as pas quitté l’homme après sa chute, mais dans Ta miséricorde, Tu lui as pardonné, pardonné d’une manière divine, c’est-à-dire non seulement Tu lui as remis sa faute, mais encore Tu l’as comblé de toutes les grâces. La miséricorde T’a poussé à daigner descendre jusqu’à nous  et à nous tirer de notre misère. Dieu descendra sur la terre, le Seigneur au-dessus de tous les Seigneurs, l’Immortel s’abaissera. Mais où descendras-Tu Seigneur ; est-ce dans le temple de Salomon ? Ou bien feras-Tu bâtir un nouveau temple où tu envisages de descendre ? Ô Seigneur, quel sanctuaire Te préparons-nous, car toute la terre est Ton marchepied. Tu T’es préparé, Seul, un sanctuaire : la Sainte Vierge. Ses entrailles immaculées Te sont une demeure » (PJ 1745) Pendant cette semaine avec Sainte Faustine, contemplons la miséricorde de Dieu dans le mystère de l’incarnation de son Fils qui pour nous a reçu le corps humain dans le sein de la Vierge Marie. Rendons grâce au fait que la nature humaine a ainsi été élevée, qui est désormais présente, par Jésus, dans le mystère de la Sainte Trinité.

C’est le titre du 26ème épisode d’une série de films sur le message de miséricorde de Jésus, enregistré dans le « Petit Journal » de Sainte Sœur Faustine. Chaque épisode prend la forme d’un dialogue entre Jésus et Sainte Sœur Faustine. Dans cet épisode, Jésus déclare : « La perte de chaque âme me plonge dans une tristesse mortelle. Tu me consoles toujours, quand tu pries pour les pécheurs. La prière qui m’est la plus agréable est la prière pour la conversion des âmes pécheresses. Sache, ma fille, que cette prière est toujours exaucée » (PJ 1397). Et Sainte Sœur Faustine répond : « Je m’unis étroitement à Jésus et je me présente comme une offrande suppliante pour le monde. Dieu ne me refusera rien si je l’implore par la voix de son Fils. Mon offrande n’a aucune valeur par elle-même, mais, quand je l’unis au sacrifice de Jésus, elle devient toute-puissante et peut fléchir la colère de Dieu » (PJ 482).

Le scénario d’une série de films présentant le message de miséricorde de Jésus a été écrit par Sœur M. Elżbieta Siepak ISMM. Ce message révèle l’amour miséricordieux de Dieu et appelle à y répondre par une attitude de confiance en Dieu, c’est-à-dire en accomplissant sa volonté et en faisant du bien aux autres par des actes, des paroles et la prière. Les textes sont lus par Adam Woronowicz et Aleksandra Posielężna, et la musique a été créée par Paweł Bębenek, un compositeur et musicien de Cracovie. Des spots d’une minute avec de belles scènes extérieures sont produits par la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde en coopération avec TVP. Ils peuvent tous être vus sur Yoy Tube sur la chaîne : Faustyna.pl.

Le 8 décembre de cette année, dans le sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki, à 17 heures, une messe sera célébrée dans l’intention de tous les sponsors, donateurs et collaborateurs des oeuvres médiatiques menées par la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame de la Miséricorde, en particulier de ceux qui soutiennent l’œuvre « Chapelet pour les mourants », transmission en ligne sur le site Web www.faustyna.pl et ses versions linguistiques. Grâce à ce soutien, nous aidons environ 40 000 personnes qui meurent chaque année. Des centaines de milliers de personnes dans le monde peuvent virtuellement faire des pèlerinages au sanctuaire de Łagiewniki et se joindre dans la prière devant le célèbre tableau de Jésus miséricordieux et la tombe de Sainte Soeur Faustine. Les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde prient tous les jours pour les donateurs et les bienfaiteurs qui soutiennent ces travaux, mais cette Eucharistie est un don spécial de gratitude. Vous pouvez rejoindre cette célébration par transmission en ligne sur le site www.soeurfaustine.fr , disponible dans l’application Faustyna.pl.

Le 8 décembre – comme le huitième jour de chaque mois – la communauté de Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde de Gdansk, Częstochowa, Kalisz et Kiekrz soutient par la prière les couples qui désirent la progéniture. 782 d’entre eux attendent ou ont des enfants. Les intentions demandant la prière à cette intention (prénoms des couples mariés) peuvent être envoyées par e-mail à : www.modlitwaopotomstwo.pl.

La communauté de personnes priant pour les enfants dirigée par le P. Andrzej Wiecki et les soeurs de la communauté de Gdańsk de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde, invitent cordialement les couples mariés voulant avoir des enfants à l’adoration de Jésus miséricordieux avec la prière pour la guérison qui se tiendra le 8 décembre à 19h30 au Sanctuaire Notre-Dame de Matemblewo. Transmission en ligne: www.facebook.com/modlitwaopotomstwo.

Le 8 décembre de cette année, en la solennité de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie, une cérémonie d’acceptation de candidates aura lieu au couvent de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Rabka. Après les cérémonies religieuses, l’Eucharistie à l’intention des postulantes sera célébrée dans la chapelle du couvent par le Père Rafał Gudwański.

Le postulat est la première tentative de vie religieuse. Il vise principalement à introduire progressivement les postulantes dans la vie religieuse, à enrichier et à étendre les connaissances religieuses, à former la culture de coexistence selon les principes de la bonne éducation, à développer la pratique des vertus naturelles et à approfondir la connaissance de la la vie et de l’apostolat. Ce ne sont pas seulement des conférences et le temps consacré à l’étude, mais aussi la prière et le travail dans la communauté des sœurs.

Sœur Faustine commençait chaque Avent  avec Marie. Avant la fête de l’Immaculée Conception, elle célébrait une neuvaine avec toute la Congrégation et essayait également d’offrir quelque chose à la Vierge (par exemple, la neuvaine des mille „Je vous salue Marie…”). Elle contemplait la miséricorde que Marie éprouvait dans le don de l’immaculée conception et la plénitude de la grâce dont l’archange Gabriel l’avait assurée dans l’Annonciation et dans le don de la maternité divine. Celle qui a été choisie pour être la Mère du Fils de Dieu sait mieux que quiconque comment vivre le temps de l’attente de la venue de Jésus. Elle a conseillé à Sœur Faustine : « Applique-toi à être douce et humble pour que Jésus qui habite constamment dans ton cœur, puisse S’y reposer ! Adore-Le dans ton cœur, n’en sors pas ! (PJ 785) C’est peut-être aussi notre décision pour cette semaine de l’Avent de préparer nos cœurs à la présence toujours plus complète de Dieu dans nos cœurs.

 

Dans toutes les maisons de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde, le 29 novembre, la préparation spirituelle pour la célébration de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie commence : la neuvaine composée d’antiennes et des litanies de Lorette est conjointement célébrée. Indépendamment de la neuvaine communautaires, les sœurs essaient de faire un don à la Mère de la Miséricorde pour cette fête. Sainte Faustina célébrait également une neuvaine qui était basée sur la récitation  tous les jours 1000 fois « Je vous salue Marie … » au-delà des prières obligatoires dans la chapelle et des exercices spirituels. Elle a admis : Pour celui qui veut, rien n’est difficile. En dehors des récréations, je priais et travaillais. Ces jours-là, je n’ai prononcé aucun mot qui ne soit absolument nécessaire. Je dois cependant avouer que cette affaire nécessite une assez grande attention ainsi qu’un effort, mais pour glorifier l’Immaculée, rien n’est de trop (PJ 1413). Les internautes peuvent participer à la neuvaine par transmission en ligne du Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki.

 

Le 1er décembre de cette année, le bureau du ministère des jeunes du diocèse d’Arlington organise une journée de récollection de l’Avent pour les responsables de groupes de jeunes de la paroisse Tous les Saints de Manassas, en Virginie. Deux conférences sur le thème de l’Eucharistie, basées sur l’héritage spirituel de Sainte Sœur Faustine, seront données par sœur Gaudia Skass de la communauté de Washington de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde. Ce recueillement fait partie du programme de renouvellement de la foi eucharistique qui est introduit dans tous les diocèses des États-Unis.

Du 3 au 5 décembre, le couvent de la Congrégation des Sœurs de Notre Dame de la Miséricorde à ul. Żytniej à Varsovie, une retraite pour les filles sera organisée sous le thème : „Marie – La femme qui écoute”. Elle enseignera pendant ces jours de recueillement de l’Avent à se mettre à l’écoute de soi-même, des autres et surtout du Dieu miséricordieux. La retraite sera animée par le père Przemysław Drąg et s Wiktoria Ringel ISMM. Le programme comprend : L’eucharistie, la méditation de la parole de Dieu, la prière individuelle et communautaire, l’adoration de Jésus dans le Saint Sacrement et de nombreuses rencontres et conversations précieuses.

Le 5 décembre de cette année à Turin, à l’église St. Christine, sœur Amata Strzępek et sœur Wincenta Mąka de la communauté romaine de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde rencontreront les membres et les bénévoles de l’Association des Apôtres de la Miséricorde Divine „Faustinum”. Après avoir prié ensemble à l’Heure de la Miséricorde et au Chapelet de la Miséricorde Divine, s. Wincenta donnera une conférence sur l’importance et le rôle de la formation au „Faustinum”. Au cours de cette réunion, le tableau du bienheureux Michał Sopoćko, confesseur de Vilnius et directeur spirituel de Sainte de Sainte Faustine, sera consacré.